Update martie 2010

GLOBAL ET LOCAL DANS LES ETUDES DE GENRE

Daniela Roventa-Frumusani

Université de Bucarest

Faculté de Journalisme et Sciences de la Communication  

1.L'identité feminine dans le monde contemporain.

Au début du troisième millénaire, un questionnement de la catégorie femme amorce une réflexion légitime non seulement sur l'identité et les valeurs féminines, mais aussi sur des valeurs universelles telles"empowerment", recomposition identitaire, facilitation du relationnel, de l'échange, de la communication (autrement dit valorisation de l'expérience, des histories de vie, en complément à l'expertise et à la compétitivité concurrentielle).

Or, la recomposition identitaire (pour utiliser le syntagme d'Alain Touraine ) est fondée en égale mesure sur le changement volontariste de l'ordre social (les débats actuels sur la parité, de même que la légitimation de nouveaux acteurs sociaux -ONG de femmes, de jeunes, écologistes etc.), ainsi que sur la réflexion critique, dénonciatrice des stéréotypes de pensée et d'action.

La modernisation occidentale s'est acomplie à travers de multiples polarisations vécues comme opposition dominants/dominés:initiative des riches entrepreneurs/vs/ routine et soumission des salariés;"lumières" civilisatrices des colonisateurs/vs/soumission des colonisés et last but not least rationalité instrumentale masculinemodélisant l'espace public et la logique économique /vs/ sensibilité, empathie, esprit sacrificiel feminin gouvernant la sphère privée.

Or, après les grands mouvements de libération coloniale du siècle passé, on assiste à partir de la seconde moitié du XX-ième siècle à deux autres grandes formes de recomposition du monde: la pensée et l'action féministe intimement liée à celle écologique, ainsi que la transition des pays excommunistes à l'économie de marché et aux valeurs démocratiques.

La mise en évidence des valeurs féminines signifie responsabilité à l'égard de la nature, en tant que réservoir de vie (les préoccupations actuelles concernant la desertification, la couche d'ozone, les ressources d'eau etc.) et de la culture en tant que source de différences,enrichissement, communion, dialogue et partage (il s'agit de l'activation d'un formidable potentiel humain-la moitié de l'humanité sortie du cône d'ombre et du silence).

L'oppression des femmes-majorité silencieuse pour des siècles, doublée par l'annihilation symbolique et l'invisibilisation doit et peut être saboté par des changements dans l'éducation, les médias et les politiques publiques.

En dépit des modifications de jure (lois contre la discrimination de genre-2002 pour la Roumanie ), de facto les changements arrivent plus lentement.Les femmes continuent de fournir 2/3 de l'activité productive, mais d'obtenir 1/10 des revenus et 1% des ressources.

L'inégalité de genre reste une caractéristique majeure de la société globale.

On assiste à une feminisation dramatique de la pauvreté :bien qu'au niveau de la planète les femmes travaillent à 70%, elles ne détiennent que 1% des terres, obtiennent 2/3 du salaire masculin et sont souvent incapables d'assurer leur subsistance à l'âge de la vieillesse.

La violence tue autant de femmes âgées de15 à 45 ans que le cancer, étant la violation la plus répandue des droits de l'homme, celle qui est la plus tolérée par la société.

En meme temps le traffic des femmes arrive à 600000-800000 personnes par année, ce qui dépasse le traffic de la drogue.

Les femmes fournissent un nombre double de personnes analphabètes par rapport aux hommes (600 millions par rapport à 300), les femmes occupent 16% des places dans les parlements nationaux au niveau de la planète, bien que l'on asssiste à une pénétration lente des bastions masculins (des femmes managers dans de grandes companies, directrices de banques, actives dans la police, l'armée etc.).

A côté des exemples de réussite feminine indubitable, il y a un énorme versant tragique de la féminité: la femme objet du trafic des personnes , la femme victime de la violence , la femme support de la pornographie florissante et de la publicité "soft porn", et non en dernier lieu la femme indice du statut financier et symbolique de l'homme à côté de la voiture (voir la crise de la famille contemporaine "recomposée",la chute du mariage et la hausse des séparations en Europe surtout).

Aussi longtemps que ces flagrantes inégalités persistent, les recherches sur le genre, la discrimination positive et la solidarité active restent une mission essentielle de la contemporanéité, une contemporanéité active, critique, préoccupée par le développement et le changement social.

Nous espérons que la solidarisation des femmes venant des univers différents de point de vue spatial, socio-économique et culturel (écrivaines, chercheures, journalistes, mais aussi jeunes mères adolescentes,vieilles femmes au foyer ou femmes seules) parviendra à sensibiliser l'opinion publique, à dynamiter les clichés de la dépendance et de l' infériorité feminine afin de restructurer l'espace public et privé et de permettre un développement autonome et plénier de chaque individu, quel que soit le sexe, l'âge ou la race.

La sensibilisation, la prise de conscience qui assurent le passage à l'acte seront à même de dissoudre la violence symbolique(Pierre Bourdieu),exercée essentiellement par les voies symboliques de la communication et de la connaissance,ou plus exactement de la méconnaissance qui ont transformé l'histoire en nature et l'arbitraire culturel en naturel."Sil est vrai que le principe de perpétuation du rapport de domination masculine ne réside pas principalement au sein de l'unité domestique, mais dans les instances telles que l'école ou l'Etat, lieux d'élaboration et d'imposition des principes de domination qui s'exercent au sein même de l'univers le plus privé,c'est un champ d'action immense qui se trouve ouvert aux luttes féministes ainsi appelées de prendre une place originale et bien affirmée au sein des luttes politiques contre toutes les formes de domination"(P.Bourdieu, 1998:82).

Cette lutte politique est en premier lieu une lutte contre les représentations archétypales de la féminité qui pendulent entre la femme diabolique (sorcière, belle-mère,vieille femme insupportable etc.) , la femme angélique (vierge Marie, la princesse lointaine des troubadours etc) et la femme objet , objet de consommation et indice de statut, dont le corps sexué devient la principale référence identitaire.

Il est important de souligner que les moments forts du féminisme coincident avec des attaques de l'antiféminisme "ordinaire", qui s'oppose "aux projets portés par le féminisme et fait obstacle aux avancées des femmes dans différents domaines de la vie sociale, ces avancées étant perçues comme menaçantes pour un ordre social dont l'équilibre est fondée sur la hiérarchie des sexes et la domination masculine"(F.Descarries, 2005:143).

Or les principales formes actuelles d'expression de l'antiféminisme "ordinaire" telles la distorsion qui nous fait croire que l'égalité des sexes est déjà là, la simplification abusive qui réduit la femme à son corps ( Sois belle et tais-toi ), ainsi que la victimisation des hommes et de la nation par rapport aux "coups" des féminisets qui "opposent la liberté à la censure, la cohésion familiale à l'individualisme, la féminisation du langage à la beauté de la langue française, le jeu de la concurrence au programme d'accès à l'égalité, l'importance de la fonction maternelle au désir d'autonomie"(C.Bard, 1999:301) sont à démolir par des recherches quantitatives et qualitatives sur l'image des femmes dans les médias, les livres et manuels scolaires, les jeux videos et les chansons etc.

A l'issue de ce travail de dénaturalisation de la hiérarchie sexuelle,comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, un nombre croissant de femmes et d'hommes penseront en termes de genre, auront "acquis tanttune conscience qu'une réflexivité forte sur la dimension socialement construite de leur féminité ou masculinité" (C.Guionnet&E.Neveu, 2006: 247).

La taille de la brèche, les changements de la structure sociale qui l'ont produite, la capacité reflexive des femmes et des homes ouvrent un espace pour une recomposition des rapports de genre, un recul des phénomènes de domination.La nature et la forme de ces recompositions sont des questions empiriques qui ne peuvent trouver réponses que dans le développement d'études de cas portent sur des milieux sociaux, des generations, des aires culturelles différentes et non se déduie des postulats a priori, que ceux ci suggèrent une fatalité de la domination masculine ou la force irresistible de l'émancipation des femmes"( C.Guionnet&E.Neveu, 2006: 247).

BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE

Bard, Christine, 1999 Un siècle d'antiféminisme , Paris , Fayard
Bourdieu, Pierre, 1998 La domination masculine , Paris, Seuil
Beauvoir, Simone, 1949 Le deuxième sexe , Paris , gallimard
Butler , Judith, 1990 Gender trouble , Londres, Routledge
Descarries, Francine,2005 "L'antiféminisme ordinaire" in Recherches féministes vol 18 no 2
Dictionnaire critique du féminisme , 2000, Paris, PUF
Goffman, Ervin, 2002. L'arrangement des sexes , Paris, La Dispute
Guionnet Christine, Neveu, Eric, 2005 Féminins/Masculins , Paris , Armand Colin
Le siècle des féminismes ,2004, Paris, Les Editions de l'atelier
Lipovetsky, Gilles, 1997 La troisième femme , Paris, Seuil
Michel, Andrée,1998 Le Féminisme , Paris, PUF
Riot-Sarcey, Michèle, 2002 Histoire du féminisme , Paris , La Découverte
Touraine , Alain & Khosrokhavar Farhad, 2000 Dialogue sur le sujet , Paris, Fayard



top ^

© 2007 Daniela Roventa Frumusani. Toate drepturile rezervate.
Web design: Dezibel Media
 
Web hosting: Webhotel
www.cere.ro